Maai … comment trouver sa distance ? (2) La notion d’équilibre

equilibreL’équilibre est fondamental dans une attaque. Lorsque je recherche ma distance et que pour cela il me faut me rapprocher de l’adversaire il faut impérartivement que je sois dans une posture d’équilibre avant et pendant l’attaque.

Au début de mon billet précédent je citais comme exemples le gyaku tsuki et le oi tsuki. Je vais les reprendre pour expliquer la notion de distance.
Dans le gyaku tsuki je suis sur place et j’attaque à partir d’une posture d’équilibre. Si je dois faire un pas, c’est le cas pour le oi tsuki, ma position après le déplacement doit être aussi en équilibre. Une fois mon attaque terminée, je dois être en équilibre. Pourquoi ? Pour pouvoir enchaîner si je manque mon adversaire.

Si je ne suis pas en équilibre, je vais inconsciemment chercher à le rétablir et pour cela sacrifier une partie de mon énergie physique et une part de mon énergie mentale dans ce travail. Cette déviation de l’énergie va me faire défaut pour mon attaque. Au cas où je devrai enchaîner, il me faudra d’abord retrouver l’équilibre donc perte de temps en plus de celle de l’énergie, avant de continuer mon assaut.
Mes propos se situent bien entendu dans le cadre d’un combat réel.

En compétition, on voit souvent des techniques exécutées dans un équilibre imparfait. Cette façon de travailler peut induire en erreur, compte tenu de la rapidité de l’action, l’arbitre qui accorde un point.
On peut se demander pourquoi en compétition, et aussi en dehors des compétitions,  de nombreux pratiquants travaillent en déséquilibre…

Un des nombreux facteurs (et il en existe de nombreux) est dû au fait qu’ils évaluent mal leur distance d’attaque. L’adversaire est trop loin, ce qui oblige l’attaquant à aller chercher son adversaire au-delà de la distance correcte, basculant de cette façon le poids vers l’avant et cassant ainsi la posture d’équilibre. Pourquoi une distance trop grande ? Parce que l’attaquant calcule et anticipe un recul de son adversaire. Cette façon de travailler est erronée parce qu’elle démontre que l’attaquant n’a pas confiance dans sa technique. Une technique parfaite est celle qui surprend l’adversaire sur place. Mais me dira-t-on, si l’adversaire recule ? Dans ce cas, il existe des combinaisons qui permettent après une première attaque de suivre par d’autres. Il faut être en équilibre après l’attaque pour enchaîner rapidement !

Une deuxième raison pour laquelle certains combattants cassent leur équilibre est qu’ils cherchent à gagner en allonge. On voit assez souvent des mae geri ou des gyaku tsuki exécutés avec les hanches complètement tournées de profil, alors qu’elles devraient être de face. Ceux qui travaillent de la sorte pensent gagner en allonge. Ont-ils raison ? Non, car si je conserve mes hanches de face et en posture d’équilibre, je baisse mon centre de gravité et mon allonge est plus grande.
Une position en bon équilibre permet une allonge plus grande.

Faites vous-même ces expériences et travaillez ces principes qui sont fondamentaux dans tous les arts martiaux et en particulier en karaté.

Oss !

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article, publié dans La technique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s