La concentration

Quand on s’entraîne, il n’est pas toujours simple de pouvoir se concentrer suffisamment. Comprendre ce que l’instructeur demande, assimiler les techniques et les appliquer ensuite. Pouvoir se concentrer n’est pas donné à tout le monde.

Une combinaison de kihon interminable, maîtriser un bunkai sauce Bubishi, exécuter un kata face aux autres pratiquants, le kumite qui exige une attention à tout moment surtout face à certains combattants (non je ne citerais pas de noms 😌).

Il va donc falloir faire le vide pour s’intérioriser. Se retirer à l’intérieur de soi-même vient de notre fonctionnement mental. Ce contrôle mental passe par une décrispation, un détachement. L’exercice d’une discipline régulière entraîne cette faculté de concentration. Cela permet d’évacuer nos distractions et de nous recentrer sur l’instant présent.

Quel que soit l’exercice demandé, la technique à effectuer, le pratiquant doit y trouver l’aisance, la stabilité, la vitesse, la précision, la détente et la force. Bref l’efficacité !

L’état d’esprit est important pour accéder à une bonne concentration. Relâchement de toutes tensions. Il ne s’agit pas d’agir en état de crispation musculaire, ce qui deviendrait vite fatiguant et douloureux. Ni en état de tension mentale ce qui empêcherait le combattant par exemple de se concentrer et de penser à son combat.

La démarche n’est pas facile, mais chacun peut y parvenir et le résultat sur notre entraînement sera palpable, jusqu’à en oublier notre corps.

Publié dans Kumite, L'esprit, La technique | Tagué , , | Laisser un commentaire

Dix mille jours

Comme ils le disent au Japon, « cent jours, mille jours, dix mille jours et encore plus »

Dans notre pratique, les progrès sont étonnants, mais il ne faut jamais se laisser aller à la complaisance.
Si vous persévérez, vous finissez par comprendre que l’ennemi le plus redoutable est à l’intérieur de vous-même.

C’est celui-là qu’il faut vaincre.

Publié dans Divers | 1 commentaire

La vie est un dojo

Une idée par jour pour intégrer votre pratique dans votre vie quotidienne.

Les arts martiaux d’hier sont devenus des arts de paix qui peuvent également être des arts de vie si on en utilise les principes hors du dojo.

Dans cette perspective, la pratique sublime de la vie quotidienne qui elle-même permet de mieux progresser à l’entraînement.

Vous trouverez dans ce livre une idée par jour pour vivre cette expérience, 365 fiches couvrant un large spectre de connaissances et réflexions, ainsi que de nombreux exercices pratiques pour une immersion complète dans votre discipline martiale au quotidien, que vous soyez novice ou expert.

Areski Ouzrout

Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire

Senpaï ou Kohaï

Pour tout nouveau pratiquant qui débute sa pratique dans un dojo, voici une double notion importante : senpaï et kohaï.

Ceux qui vous précèdent sont vos senpaï et ceux qui arriveront après vous seront vos kohaï.
Quels que soient les âges, les classes sociales ou les grades acquis dans un autre dojo.

Mais quelle est donc cette relation qui unit dans le budo le senpaï au kohaï ?
Le senpaï est celui qui vous aide, qui vous stimule, qui vous conseille aussi dans votre cheminement d’apprentissage. Le senpaï est donc votre « aîné » à qui vous devez le respect. Celui qui a l’expérience.

Le kohaï est le nouveau, qui est normalement sous l’autorité du senpaï.

« Sen » de senpaï signifie « avant » et « Ko » de kohaï signifie « après ». Cela précise la position hiérarchique au sein du dojo. Il existe aussi une troisième notion, le dohaï, qui définit les pratiquants de même grade et de même ancienneté.

Au Japon, on retrouve ce concept dans toutes les strates de la société : dans les établissements scolaires, dans les clubs, dans le monde du travail.

En karaté, le senpaï est en quelque sorte un relais entre le professeur (le sensei) et le débutant, le kohaï.

Nous avons tous et toutes été kohaï un jour, ensuite senpaï.
Nous devons continuer à faire vivre cette relation au dojo. Aidez vos kohaï afin de les faire progresser techniquement et mentalement. C’est ce qui forge l’identité d’un dojo.

L’humilité et la bienveillance restent les maîtres mots pour le senpaï. Respect et écoute ne doivent pas quitter l’esprit du kohaï.

Oss !

Publié dans Divers | Tagué , | Laisser un commentaire