Les valeurs du Dojo Kun

BN-SF973_Respec_J_20170224125345L’année s’achève peu à peu et l’heure est aux bilans …
Une période de l’année où l’on a tendance à regarder en arrière pour mieux se projeter vers l’avenir.
Sûre que cette année a ébranlé les consciences et suscité espoirs, amertumes.

On constate qu’il y a toujours des brèches ouvertes dans les règles les plus élémentaires de la vie en société. Je ne parle pas de la délinquance ordinaire, mais de ce que l’on appelle « les actes d’incivilité », c’est-à-dire le vandalisme, les émeutes, les sans-gêne, l’agressivité gratuite, les injures sexistes. Toutes attitudes qui montrent que chacun fait ce que bon lui semble sans se soucier des autres et des conséquences de ses actes.

La politesse, le contrôle de soi, le respect des personnes et des biens d’autrui, l’entraide sont des notions qui n’évoquent plus grand chose pour certaines personnes.

Quel remède proposer à cette absence cruelle de civisme ? Les politiques, les économistes, les sociologues, les psychologues s’en inquiètent et réfléchissent. Mais vouloir sortir de cette dérive implique de participer à restaurer les responsabilités de chacun.
Et notre responsabilité, à nous pratiquants karatékas, à nous instructeurs, c’est de transmettre le message de notre pratique parce qu’elle s’appuie sur ces mêmes valeurs tant mises à mal.

Il était une fois quelque part dans l’île d’Okinawa, un grand maître qui a élaboré les règles du Dojo Kun. Cette charte de préceptes qui définissent le comportement requis dans un dojo et que chaque pratiquant doit appliquer dans sa vie personnelle.
Ces règles obligent tout pratiquant à se perfectionner pour ne pas gaspiller sa vie, notre bien le plus précieux. Elles obligent à respecter les lieux où l’on s’entraîne, à respecter la nature, à respecter les partenaires, à être courtois, à aider les autres.
Elles obligent à éviter la violence et prônent le contrôle de soi. Elles incitent au respect envers les parents, les amis, les aînés, les maîtres. De quoi apprendre à vivre ensemble pour le bien de tous et de chacun.

Nous avons un exemple à donner et nous avons un message à diffuser. Ils ne sont pas dépassés, ils sont au contraire d’une brûlante actualité.
Chaque pratiquant qui franchit les seuils de nos dojos sait qu’il prend un engagement moral. Soyons conscient de cela et mettons tout en oeuvre pour que le Dojo Kun soit et demeure une règle et des valeurs de vie pour nous tous.

Que cela puisse vous aider à passer positivement le cap de cette année qui s’achève …

 

 

Publicités
Publié dans L'esprit | Tagué , , | Laisser un commentaire

Souplesse

IMG_0223fxEn karaté on parle parfois de souplesse.
Mais que peut être la véritable souplesse ? Quelles sont les conditions à remplir pour qu’une technique exécutée souplement engendre une puissance supérieure à la même technique exécutée en force ?

Contrairement à ce que beaucoup pensent, il ne suffit pas de travailler la souplesse du corps pour être capable d’exécuter un mouvement souple.
Combien de fois n’ai-je pas entendu « Tu travailles trop dur »  … «  Essaies d’être plus souple dans ta technique » . Des remarques qui vont font grandir quand vous prenez conscience de ces recadrages.
Une mauvaise analyse du mouvement rendra son exécution en souplesse impossible.
Le mouvement sera mou et inefficace. Contrairement à ce que l’on croit, la souplesse n’est qu’une condition, un moyen. Le but reste l’efficacité des techniques.
Et pour que celles-ci le soient, elles doivent être soutenues par une bonne coordination.
Les deux notions sont entièrement liées.

Il ne peut y avoir de bonne coordination si le corps n’est pas souple et il ne peut y avoir de mouvement souple et efficace sans une bonne coordination. C’est un domaine où la marge de progression est infinie. Heureusement pour nous …

Le coordination, c’est la façon de combiner la participation de plusieurs parties du corps pour un mouvement donné. Quand on s’applique, on peut facilement et très vite doubler la vitesse et la puissance d’une technique par une meilleure coordination. Mais il faut pour cela analyser correctement chaque technique plutôt que de répéter inlassablement les mêmes erreurs. C’est toujours une question de volonté, d’ouverture d’esprit, de travail, d’écoute envers nos aînés qui essaient de nous transmettre ces points importants.

C’est de cet esprit d’analyse que l’on doit s’imprégner, apprendre à décortiquer la technique où le travail de chaque partie du corps est étudié. Pour une seule et même technique, apprendre à dissocier les différentes phases. C’est un long travail personnel, de patience et d’investigation.
Yoshinobu Ohta Sensei l’a encore rappelé lors de sa venue au stage de Bruxelles.

Trop souvent, on ne perçoit les techniques qu’à leurs points de départ et d’arrivée, deux phases statiques en somme. Or le plus important, c’est ce qui s’est passé entre ces deux points, c’est-à-dire comment on est arrivé de l’un à l’autre.
S’entraîner dans cette démarche, de manière régulière, enrichit notre pratique martiale.

 

Publié dans La technique | Tagué , , , , , | 1 commentaire

S’ouvrir ou pas …

poisson

On a l’habitude de dire qu’il ne faut pas se disperser et qu’il vaut mieux approfondir une seule discipline, plutôt que de vouloir en connaître plusieurs superficiellement.
C’est à la fois vrai et faux.

Vrai si l’on pense en terme d’accumulation de techniques. Par contre, si on se place au niveau de la compréhension, de la connaissance des principes qui sous-tendent une technique, il en va différemment.
Toute compréhension d’un principe, tout progrès sur le fond dans une discipline aura une répercussion directe sur notre façon de voir et de pratiquer les autres.

Cela peut même dépasser le cadre des arts martiaux. Par exemple, sur le plan professionnel, on peut progresser en se basant sur notre progression dans la pratique du karaté.

N’oublions pas que le karaté s’est beaucoup enrichi des connaissances anciennes qui subsistent encore dans quelques disciplines.
Alors, pourquoi ne pas s’ouvrir … Mais il ne s’agit pas de mélanger les genres et de faire un cocktail de techniques de karaté, de tai chi ou autres. Mais la façon de les exécuter peut être enrichie par certaines connaissances que nous pouvons acquérir.

Cela permet souvent de mieux comprendre le sens de ce que nous recherchons et de trouver les clefs pour avancer dans notre recherche personnelle.

Oss !

Publié dans Divers, L'esprit | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Stage annuel Brussels Sawada Academy

Comme chaque année à la même époque, le stage annuel JKA Belgium organisé par la Brussels Sawada Academy se déroulera du 10 au 12 novembre 2017.

20171110-stage sawada_bxl_2017

Publié dans Entraînements et Stages | Tagué , , ,