Kumite

Le combat, est le test de vérité du karaté. Il en est la manifestation la plus évidente. C’est le moment où deux désirs de vaincre, deux esprits et deux corps s’affrontent dans un match où rien n’est fixé d’avance. Tout est permis en combat libre ; les techniques de karaté, bien entendu, mais aussi les feintes, les ruses, le kiaï. C’est le test ultime de l’esprit alerte qui doit rester à la fois calme comme l’eau de la surface d’un étang, mais prête à s’infiltrer dans la moindre ouverture. C’est un des buts philosophiques de cet art martial que de parvenir à maîtriser son esprit dans cet élément. L’esprit doit demeurer concentré, prêt à saisir toute occasion, la fraction de seconde de déconcentration dans le regard de l’adversaire, le changement de distance, l’erreur de «timing», etc. Le combat est l’aboutissement de tous les efforts investis dans la technique au dojo et le test de l’efficacité réelle du karaté. Évidemment, en Shotokan, tous les coups sont contrôlés et réglementés afin de ne pas blesser l’adversaire.

Bien sûr, nous ne sommes pas tous destinés à devenir champions de compétition, mais le kumite doit être pratiqué par tous les karatékas, sinon le karaté se réduit à un exercice vide de sens. Pour accéder au grade de ceinture noire, il faut avoir essayé au moins une fois un affrontement arbitré, et constater que même si on maîtrise bien toutes les techniques, le combat c’est autre chose… Il est évident qu’on ne s’improvise pas compétiteur du jour au lendemain. Cela demande une progression bien établie. C’est le rôle des combats conventionnels : ils forment les réflexes du pratiquant, bâtissent son sens de la distance, lui enseignent le «timing», le sens du moment où tout doit se jouer. Les combats aiguisent les réflexes de défenses et de contre-attaque. Ils construisent, peu à peu, l’esprit calme mais alerte qui caractérise un bon karatéka.

Publicités