La notion de contrôle

La notion de contrôle, est-ce seulement l’absence de contact physique ? La maîtrise de ses mouvements ? N’est-ce pas aussi la maîtrise morale qui permet de conduire sa vie ?

Beaucoup en parle, mais sans savoir réellement ce que signifie le contrôle du coup porté en karaté.

Le contrôle est la régulation, la restriction, la maîtrise d’un acte. Dans la philosophie Zen, qui sous-entend les arts martiaux japonais, le contrôle s’exerce par la concentration du corps et de l’esprit, étape spirituelle ultime de la pratique méditative. Rien ne vient troubler la perception que le maître a de lui-même et de son environnement, parce que son contrôle est total. Le contrôle de l’esprit passe tout d’abord par le contrôle du corps.

Se contrôler signifie aussi savoir exercer son pouvoir sur soi ou sur autrui, en pleine connaissance de cause et dans un but précis, quand et si on le désire. Cela va, bien sûr, à l’encontre de toute une argumentation qui explique que le karatéka qui « se contrôle » n’es, en fait, qu’un individu parfaitement inoffensif quand il est confronté au danger réel, hors de son dojo, parce qu’il n’a pas conscience de la réalité. Le contrôle n’est pas juste l’absence de contact physique, il est maîtrise de chaque mouvement du corps et maîtrise de sa propre volonté. Mais comment l’acquérir

Le corps apprend des mouvements qui requièrent une plus ou moins grande habileté, une plus ou moins grande précision et coordination des différents membres. En karaté, presque tous les mouvements, y compris les plus amples, nécessitent une grande coordination puisqu’il s’agit de délivrer des attaques qui doivent être à la fois rapides, puissantes et précises. Il faut tout d’abord travailler les mouvements amples, les déplacements, les positions, tout le travail d’échauffement et celui des bases et en acquérir une grande connaissance.

Puis vient l’apprentissage de mouvements plus complexes, réalisés dans le cadre de situations plus périlleuses (face à un adversaire mobile, etc) et qui visent des cibles réduites (parties génitales, plexus solaire, visage, etc).
Différentes exercices permettent de l’acquérir. On peut commencer par frapper des cibles de grande surface (un tronc), puis de moindre étendue (branche), pour finir par un rameau …
On peut aussi suspendre une feuille de papier au plafond, la feuille ne doit jamais être touchée mais doit voleter grâce au déplacement d’air provoqué par le mouvement.
Puis il faudra toucher la surface du papier légèrement, pour finir par transpercer la feuille sans pratiquement qu’elle bouge.
On peut aussi s’exercer contre un sac ou travailler sur des cibles en mouvement.

Le contrôle émotionnel vient de façon essentielle compléter le contrôle physique.
« Sortir de ses gonds » quand on pratique un art martial, n’est pas tolérable, car le pratiquant est détenteur de techniques qui peuvent être mortelles.

Le contrôle ne consiste donc pas juste à ne pas toucher le corps de l’adversaire, il est un état de totale maturité physique et morale, qui permet de conduire sa vie en faisant le bien et en se perfectionnant.

Oss !

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans La technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La notion de contrôle

  1. valérie dit :

    j’ai deja fait le Taekwondo , je croi coté controle le taekwondo est le meilleur , surtout avec les jambres comme tu donnes pas beaucoup d’espace à ton adversaire de venir te controler , et aussi Taekwondo est un art et classe
    merci pour cet article

  2. Marco dit :

    Bonjour Toutes et Tous;En fait,ce qui fait la beauté de ce Blog »Esprit Bubishi et Karate-do »est le parrallélisme établit avec l’actualisation en ce monde environnemental.La notion de  »crise » actuelle(avec ses pertes de repères,institutionnels ou autres,…)ou celle de  »contrôle » avec son mode de gestion permanente est un éternel conflit,responsable en ourtre de nombreuses guerres(à l’excès)et dérives en tous genres.
    Le microcosme de notre Dojo est un reflet de ce débat.Par notre pratique,sincère et vraie, nous restons soumis à ces vecteurs d’évolution en terme de nature humaine,tels le respect,la modestie,l’honnèteté,le courage, l’anti-égo,… que nous tentons dès lors de dominer par cette fameuse qualité qu’est le contôle.En ce qui me concerne,ce dernier tente d’ètre omni-présent dans chaque instant,jalonnant le chemin;qu’il soit du secteur martial,ou autre.
    Certes,c’est un grand débat,qui n’est d’ailleurs pas facile à cerner;aussi essayons de faire clair par un exemple dans une session Karatedo,si vous voulez bien.
    Avez vous déjà vu ,un chien ou un chat,faire étalage de grimaces(en terme de victoire ou défaite face à l’adversité),car hormis le primate,et ses parents les plus proches,ses gestes et attitudes sont maintenues par son instinct de survie.Il se contrôle instinctivement car il ne se doit pas de plaire,paraître,… et n’a aucune attente;il fait,point barre.
    L’Homme,lui attend quelque chose,…(gloire,argent,succès,médailles,…) et pour celà passe outre beaucoup de choses ,sinon,pourquoi ferait il autant de pirouettes et arracherait il son tee shirt,après un éventuel goal,en football par exemple?(A noter que la joie,légitime, exprimée par ce même résultat était davantage intégrée au joueur,beaucoup plus zen ou modeste,il y a deça 30,40 ans!!)Actuellement,plus les saltos sont nombreux et les grimaces vulgaires,plus le public applaudit.
    La zen attitude plaît beaucoup moins,mais celà demeurant relatif quand à nos attentes de Budokas.
    Lors d’un Bercy,un Kyudoka  »manqua  »la cible et fut hué par le public  »banalisé » s’attendant à un résultat des plus probants.Le contrôle de ses émotions est mal perçu majoritairement;il plaît davantage quand un Kendoka de 80 ans défait seul l’équipe nationnale de France,car là,il s’agit de phénomène visible et pragmatique!!!!
    Chaque session Karatedo se doit de travailler sur ce contrôle d’atteinte et non seulement ce job doit se faire à titre personnel,mais le partenaire a lui de même une importance primordiale.
    Kihon ippon kumité,et le fait de mal respirer,de lever les orteils,de crisper la mâchoire,de focaliser les yeux,….tous ces petits signes qui se doivent d’être gérés,dans un temps premier,…sont décelés par le partenaire(sans lui,le progrès est limité;le Rei est notre façon de le remercier pour la progression).
    Vient ensuite le contrôle de soi(gestion des peurs,difficultés,efforts,..),puis des phénomènes »invisibles(distances,timing,anticipation…),de l’autre(Sen,Go no Sen,Sen no Sen,…)au point qu’avec ces évolutions diverses,par le côntrôle,il n’y a plus de combat(Histoire des chats,chère au regretté Enoeda Sensei)…..
    Quel travail la derrière pour apprendre à prendre sur soi et ce,dans toute phase de vie;avec la lutte permanente sur les dérives du contrôle à l’excès(la dictature.JE te contrôle et t’as rien à dire,pffffff).
    Connais toi toi même,tu connaîtras l’univers.Merci et bon dimanche à Tous.
    Marco(Ujio)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s