Masaaki Ueki Shihan

salva kekomi face styleMasaaki Ueki Shihan est né le 24 mars 1939. Dès son adolescence, il est attiré par les arts martiaux et en particulier le judo. Mais il ne trouve pas ce qu’il recherche à travers cet art et c’est à l’âge de 16 ans qu’il découvre le karaté. Très vite séduit par la vitesse des techniques, Masaaki Ueki se distingue et devient un combattant redoutable au sein de la Japan Karate Association (plusieurs fois titré champion du Japon).

Tout naturellement il est invité à rejoindre l’élite pour être formé au programme des instructeurs de la JKA.

Le karaté de Masaaki Ueki Shihan met l’accent sur les bases fondamentales du karaté et sur les positions très fortes. Dans son enseignement, le maître encourage toujours les pratiquants à comprendre la nature des techniques du karaté.

Masaaki Ueki Shihan est un homme simple et humble, très populaire au sein de l’organisation nippone Nihon Karate Kyokai. Il en est aujourd’hui le chef instructeur et référent mondial.

Masaaki Ueki Shihan aime la Belgique et c’est sans doute l’une des raisons pour laquelle il revient chez nous en étant à la tête de l’affiche du Stage International de Printemps de Louvain-la-Neuve (du 31 mars au 2 avril 2018).

12244537_10206501571691120_8613043529871626243_o

Liens :
www.jka.or.jp
www.stagejka-f.be

 

 

 

Publicités
Publié dans Les maîtres | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Stage de Printemps – JKA Belgium

A noter dans vos agendas, le prochain grand stage international sous la direction de la JKA Belgium Academy qui se déroulera du 31 mars 2018 au 02 avril 2018 sur le site universitaire de Louvain-la-Neuve (Blocry).

20180331-karate-STAGE-310318

Publié dans Entraînements et Stages | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Simplicité = efficacité

EfficacitéLes arts martiaux fascinent car ce sont les arts de survie. Le karaté n’échappe pas à cette nature. C’est pourquoi il est essentiel que le karatéka sache se défendre au moyen de techniques simples et efficaces. En disant ça, tout est dit …

En bon pratiquant, nous devons pouvoir éviter de nous mettre dans une situation qui pourrait nous amener à affronter un individu. C’est là qu’intervient la pratique dans le dojo. Une pratique qui doit nous permettre d’être vigilant et nous donner un bon contrôle de soi. Nous devons pouvoir être capables d’évaluer le plus exactement possible les risques de telle ou telle situation.

Ca, c’est la vision actuelle que nous procure notre pratique en dojo, aujourd’hui.
Par le passé, la vision était un peu différente. Il y avait cette notion d’invulnérabilité des détenteurs de techniques martiales qui ont forgé les heures de gloire des dojos. Là les anciens ne me contre diront pas. La popularité du karaté était telle que les pratiquants pensaient pouvoir venir à bout de n’importe qui ! Cette image s’est diluée au cours des années et cela pour plusieurs raisons.

D’abord, les situations d’agressions actuelles sont devenues plus violentes car les armes sont plus souvent utilisées. Les petits cons qui traînent les dans les rues n’ont plus le sens de l’honneur et le respect de l’adversaire. Ce sont souvent des agressions gratuites et très violentes. Avant, c’était plutôt le règlement à mains nues. Alors face aux armes, il faut reconnaître qu’un pratiquant à mains nues aura beaucoup de mal à se tirer de situation. Car il faut être réaliste, et ne pas se laisser imaginer qu’on peut être au-dessus de tout. J’ai déjà vu des démonstrations où l’instructeur vous montre comment réagir face à un agresseur armé. Oui, mais ça, c’est à l’entraînement … pas dans un contexte bien réel.

Ceci d’autant plus que l’évolution sportive du karaté ainsi que d’autres disciplines a éloigné le pratiquant des vraies techniques de survie. Ces techniques ont même vu  parfois leur efficacité s’estomper. A force de vouloir aller vers le « spectaculaire » on a perdu l’essentiel.

Si on veut retrouver les techniques de combat réel, c’est donc dans les kata qu’il faut chercher. Car les maîtres, à partir de leur expérience ont codifié des réponses très efficaces à diverses situations périlleuses. Mais nous devons toujours avoir en tête que les techniques ont toujours leurs propres limites puisqu’elles supposent une situation de combat précise. Ces situations sont développées au travers de l’étude des bunkai. Et dans cet exercice, là aussi, il faut rechercher l’efficacité, et non pas le spectaculaire qui s’apparente plus au show qu’au combat. Et dans ce domaine, on trouve de tout et n’importe quoi, aussi bien sur internet, que lors de certains grands évènements internationaux !

En situation réelle, on ne sait jamais ce que l’agresseur va faire. Et lui non plus ne sait comment l’agressé va réagir. La réalité est plus complexe, imprévisible. C’est pourquoi il est absurde de s’entraîner à des techniques et combinaisons trop compliquées.
Au contraire, il faut assimiler des réponses rapides et simples, même si elles ne sont pas spectaculaires. Car la simplicité est synonyme d’efficacité en karaté comme dans la plupart des disciplines martiales.

Publié dans Kata, Kumite | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Les valeurs du Dojo Kun

BN-SF973_Respec_J_20170224125345L’année s’achève peu à peu et l’heure est aux bilans …
Une période de l’année où l’on a tendance à regarder en arrière pour mieux se projeter vers l’avenir.
Sûre que cette année a ébranlé les consciences et suscité espoirs, amertumes.

On constate qu’il y a toujours des brèches ouvertes dans les règles les plus élémentaires de la vie en société. Je ne parle pas de la délinquance ordinaire, mais de ce que l’on appelle « les actes d’incivilité », c’est-à-dire le vandalisme, les émeutes, les sans-gêne, l’agressivité gratuite, les injures sexistes. Toutes attitudes qui montrent que chacun fait ce que bon lui semble sans se soucier des autres et des conséquences de ses actes.

La politesse, le contrôle de soi, le respect des personnes et des biens d’autrui, l’entraide sont des notions qui n’évoquent plus grand chose pour certaines personnes.

Quel remède proposer à cette absence cruelle de civisme ? Les politiques, les économistes, les sociologues, les psychologues s’en inquiètent et réfléchissent. Mais vouloir sortir de cette dérive implique de participer à restaurer les responsabilités de chacun.
Et notre responsabilité, à nous pratiquants karatékas, à nous instructeurs, c’est de transmettre le message de notre pratique parce qu’elle s’appuie sur ces mêmes valeurs tant mises à mal.

Il était une fois quelque part dans l’île d’Okinawa, un grand maître qui a élaboré les règles du Dojo Kun. Cette charte de préceptes qui définissent le comportement requis dans un dojo et que chaque pratiquant doit appliquer dans sa vie personnelle.
Ces règles obligent tout pratiquant à se perfectionner pour ne pas gaspiller sa vie, notre bien le plus précieux. Elles obligent à respecter les lieux où l’on s’entraîne, à respecter la nature, à respecter les partenaires, à être courtois, à aider les autres.
Elles obligent à éviter la violence et prônent le contrôle de soi. Elles incitent au respect envers les parents, les amis, les aînés, les maîtres. De quoi apprendre à vivre ensemble pour le bien de tous et de chacun.

Nous avons un exemple à donner et nous avons un message à diffuser. Ils ne sont pas dépassés, ils sont au contraire d’une brûlante actualité.
Chaque pratiquant qui franchit les seuils de nos dojos sait qu’il prend un engagement moral. Soyons conscient de cela et mettons tout en oeuvre pour que le Dojo Kun soit et demeure une règle et des valeurs de vie pour nous tous.

Que cela puisse vous aider à passer positivement le cap de cette année qui s’achève …

 

 

Publié dans L'esprit | Tagué , , | 1 commentaire