Ma conception du karaté-do …

bubishi-noda

Quelle conception du karaté-do …?
Il faut prendre son temps … beaucoup de temps.
D’abord on commence comme élève.
Puis pour certains vient le temps de la compétition.
Parfois, d’autres passent le cap de l’enseignement et deviennent instructeurs à leur tour.
Ensuite, le karaté, peu à peu, prend une nouvelle direction qui se poursuit jusqu’à l’âge de la soixantaine … (j’en suis à 52 ans et début de la pratique en 1976 … l’échéance approche … ).
A partir de cet âge, tout devient de plus en plus difficile.
Mes aînés me disent que vient le temps du doute avec la difficulté d’exécuter des coups de pieds aussi haut qu’auparavant, des positions plus hautes, le corps nous envoie quelques signes …
Mais le doute équivaut à mettre un terme à sa pratique.
Alors, il faut toujours s’efforcer, disent les anciens, de repousser les limites et de se vaincre soi-même.
Là est le véritable objectif.
Belle leçon de vie de la part de nos sensei.
Prenons exemple sur eux. Oss !!

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans L'esprit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s