Combat, une certaine stratégie …

bubishi-BeFunky_null_1.jpgChoisir une stratégie offensive à travers une certaine philosophie du combat privilégie l’esprit d’initiative, le courage, la force de caractère et la détermination.

Mais il est nécessaire aussi d’adopter une attitude qui préparera même nos attaques les plus directes. Par exemple, pendant le combat, il faut suivre l’adversaire dans ses déplacements, épousant presqu’exactement ses gestes (en miroir), l’obligeant peu à peu à se mettre (à son insu) en harmonie avec nous-mêmes … Il faut accompagner ses réactions très légèrement pendant quelques secondes, sans tenter la moindre attaque … jusqu’au moment (bref) où ni adversaire, ni observateur (public) ne sauront qui suit qui …

Dans cet espace court du temps se joue la possibilité de porter une attaque décisive. Dans cette situation, il faut fabriquer, créer une harmonie. En suivant l’autre, je l’oblige à me suivre. Il va se conformer au rythme que j’ai subtilement imposé et, dominant ainsi la situation, je pourrai l’orienter à mon avantage.

Dans le combat, il existe donc des moments de tension dont les deux adversaires vont avoir conscience. On sent qu’une action va intervenir sans savoir à l’avance qui va la mener.
Arrivé à ces moments critiques une action s’impose, le tout sera de la mener soi-même une fraction de seconde avant l’autre.

Le sens du combat apparaît plus nécessaire que jamais. Ce que l’on sent, à ce moment-là du combat, à l’angle des événements, est un état paradoxal dans lequel on est extrêmement  décidé sans savoir encore à quoi … Lorsque nous sommes à la fois prêts à attaquer (corps et mental) et en attente, l’opportunité sert de détonateur à la charge que nous allons porter sur l’adversaire.

La stratégie est de sentir le bon moment pour attaquer. Mais ce n’est pas vraiment l’attaque de l’adversaire qui donne le signal d’un « contre » … sauf si notre contre vient un centième de seconde avant son attaque (anticipation).

Le paradoxe de cette attitude en combat, sa subtilité, se révèlera dans le fait que nous devons réagir presqu’avant, quand l’adversaire aura presque cru qu’il attaquait, lui !

Oss

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans Kumite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Combat, une certaine stratégie …

  1. Marco dit :

    Très bel article,résumant parfaitement cette capacité à la lecture de l’esprit.Merci Sensei.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s