Combat, une certaine attitude …

salva-bubishi-kumite-offensiveLe combat demande une certaine attitude. Combattre, c’est rester ouvert et réceptif jusqu’à  ce que les circonstances dans le déroulement du combat soient favorables à une attaque. C’est alors qu’il faut prendre l’initiative sur l’adversaire.

En fait, ce sont les circonstances qui vont véritablement « initier » l’action.
Il faut être prêt tout le temps à attaquer. Principalement, lorsque je combat et lorsque je sent qu’il va se passer quelque chose, je dois décider de la technique à employer, de l’endroit à viser.
Si je rate cette occasion, je dois renoncer dans l’instant à tout ce que j’avais prévu de faire et regagner aussitôt un état de transparence mentale et de disponibilité physique pour pouvoir faire face à une situation nouvelle.

Nous avons trop souvent peur d’essuyer un échec en combat et cette peur inhibe notre capacité d’initiative. Ainsi, il nous semble parfois plus facile (moins risqué) d’attendre que l’autre attaque pour contrer. Au pire, il se montrera excellent et donc imparable, nous fournissant ainsi l’excuse que l’on attend pour admettre d’avoir perdu et renoncer à la victoire. Que l’on dise « il était plus fort que moi à ce moment-là » est une chose. Mais dire « il est plus fort que moi » avant de commencer un combat est tout à fait nuisible au résultat de notre engagement.

Prendre l’initiative est une marque de volonté, une façon de s’investir, une décision. Que l’issue du combat soit heureuse ou non dépend de soi : on gagne ou on perd grâce ou à cause de soi mais ce n’est pas vraiment de la faute de l’autre.
Affirmer sa volonté, prendre des risques, faire « tout le travail » en combat n’est pas chose aisée mais tellement enrichissante et … si conforme à l’esprit guerrier Bubishi !
Attendre que l’adversaire se montre déterminé, audacieux et essayer de le guetter ou de le piéger revient un peu à réduire la dimension du combattant en soi.

Une fois que je suis prêt à attaquer, lorsque l’opportunité se présente, je dois m’efforcer de lancer les attaques les plus directes et définitives. Chaque attaque doit être conduite dans la recherche d’une totale efficacité.

Dans le domaine de la compétition, quelquefois, la victoire est symbolisée par de petits avantages et non par la nette domination d’un combattant sur l’autre. Ces avantages traduits en termes d’efficacité, sont bien loin de représenter un danger quelconque pour le vaincu. Faire tomber l’autre à genoux ou sur les fesses, ou lui frapper dans l’épaule n’a jamais mis personne hors de combat !

Le but du combat reste donc d’obtenir une victoire totale sur l’autre.

Maintenant, que l’attaque pour y parvenir soit réussie ou non, le plus difficile sera encore de revenir à un point neutre, central, en soi, la difficulté étant de ne pas s’épuiser, de ne pas s’effriter pendant le combat.

Oss !

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans Kumite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s