Satoshi Miyazaki Shihan : 20 ans déjà …

pizap.com10.45224176906049251369762438130Satoshi Miyazaki est né le 17 juin 1938 à Saga, au sud du Japon.
Adolescent, il s’intéresse aux arts martiaux, et plus précisément au judo. Mais très vite, il s’oriente vers le karaté. Il fait ses débuts dans une école de Gôjū-Ryū, A la fin de ses études secondaires, il passe sa ceinture noire devant Maître Mahatokai.

Il est alors remarqué par la « Japan Karaté Association » qui, grâce à un soutien financier, lui permet en 1958 de rejoindre l’Université de Takushoku à Tokyo.
Là, Satoshi MIYAZAKI intègre l’équipe de karaté, et est entraîné par NAKAYAMA Sensei en personne, un des fondateurs de la JKA.

A l’université, Satoshi MIYAZAKI apprend le Shotokan, il remet sa ceinture blanche, et recommença son apprentissage à zéro. L’entraînement était basé sur l’endurance aux coups. Les élèves devaient être capables d’encaisser sans broncher. Satoshi Miyazaki s’entraînait 6 heures par jour, et il n’hésitait pas à continuer au-delà des horaires officiels.
Et malgré les entraînements intensifs, il obtient une licence en sciences économiques.

Au bout d’une année de pratique avec Nakayama Sensei à l’université de Takushoku, Satoshi Miyazaki a transformé son karaté et atteint un très haut niveau. Les années suivantes il rentre dans l’équipe de Takushoku avec à ses côtés d’excellents karatékas comme Asano et Ochi Sensei. Ensembles, ils furent premiers au Championnat du Japon par équipe. A titre personnel, Maître Satoshi MIYAZAKI se classait invariablement parmi l’élite. Il était un adversaire redoutable, même contre des combattants plus grands, plus lourds, ou plus puissants que lui, grâce à un sens incroyable de l’anticipation.

Après l’Université, au début des années soixante, Satoshi MIYAZAKI rejoignit la JKA pour cette fois devenir Instructeur.

Fin 1967, Satoshi MIYAZAKI Sensei est envoyé par la JKA en Europe, aux côtés des Maîtres KASE, KANAZAWA, ENOEDA et SHIRAI pour promouvoir le Shotokan école JKA. Il devient alors le Chef Instructeur pour la Belgique.

Satoshi Miyazaki est très dur à l’entraînement mais il reste très simple dans la vie. Il apporte autre chose au karaté. Homme d’une seule ligne de conduite depuis ses débuts dans les arts martiaux, Satoshi Miyazaki estime que l’éducation et le karaté doivent toujours aller de pair.

Toutes les personnes qui l’ont côtoyé savent à quel point Miyazaki Shihan se refusait à tous changements et estimait qu’il valait mieux travailler les bases telles que Nakayama Sensei les avaient établies.

Toujours poursuivre dans cette direction en intégrant les méthodes d’entraînement mais en conservant cet esprit de sagesse et de recherche. La tradition devait rester la tradition … une tradition martiale basée sur l’évolution personnelle de l’individu car le karaté a pour but avant tout de forger le caractère du karatéka.

Il restera un traditionaliste dans l’âme, ne transigeant jamais sur l’esprit qui devait guider la pratique. Insistant sur la modestie, l’harmonie et la discipline visant non pas à dépasser les autres, mais à se surpasser soi-même.

Miyazaki Shihan nous transmettait l’essentiel et nous devions « creuser » aussi de par nous-même. Il suffisait de l’observer pour comprendre, le déclic se faisait naturellement … Il était un grand adepte des Kihon. Il attachait beaucoup d’importance aux détails du geste, et à la précision de la technique.
Ses Katas préférés étaient : HANGETSU – EMPI – KANKU-SHO. 

Lors des entraînements régionaux, il arrivait toujours très discrètement sous ses grosses lunettes. Dès que l’entraînement débutait, il pouvait aussi bien transformer un groupe de gradés en véritable légion romaine, ou s’occuper des enfants avec toujours cette simplicité qui le caractérisait si bien.

La soirée se terminait souvent autour d’une bonne table, où il partageait le verre de l’amitié. Il avait toutes les qualités qui font d’une personne quelqu’un de remarquable et d’admirable. Il était à l’écoute des gens mais surtout à la portée de tous. Il savait mieux que quiconque qu’écouter est une attitude du coeur.

Pour mener à bien la mission que lui avait confié Nakayama Sensei, Satoshi Miyazaki oeuvra toute sa vie afin de créer avec Enoeda Sensei la JKA Europe.
Une tâche qui ne fût pas toute simple car il fallait la concevoir sur des bases solides. Il retournait souvent au Japon pour s’imprégner et suivre les directives de la JKA. On pouvait le voir s’entraîner parmi les autres instructeurs comme un simple élève, toujours naturel dans l’attitude.

A la mort de Nakayama Sensei, on lui demanda de revenir au Japon, Satoshi Miyazaki répondit : « Ma famille est ici, en Belgique ». Durant toute son existence, il a emmené la Belgique dans la cour des grands pays européens.

En 1992, Satoshi Miyazaki est opéré une première fois, et pourtant, il minimise l’ampleur de l’opération et reprend très vite ses activités. Cette première alerte n’annonçait rien de bon pour la suite. Mais sa force intérieure le pousse à continuer comme avant, assurant tous ses déplacements et tous les stages. Malheureusement, une nouvelle opération allait être nécessaire pour nous révéler la gravité de son état. Jusqu’au bout, Satoshi Miyazaki luttera et donnera ses directives à son proche entourage de fidèles.

Dès avoir été informé de cette triste nouvelle, son élève Ida Sensei vient du Japon pour lui rendre un dernier hommage. Miyazaki Shihan décéde, à l’âge de 55 ans, le lundi 31 mai 1993. Peu de temps avant les 12 coups de minuit, notre maître à tous décide de passer de l’autre côté du fleuve …

Un dernier hommage lui fût rendu dans son dojo, le vendredi 4 juin 1993, en présence de sa famille venue du Japon, de son épouse, de ses enfants. Mais aussi en présence de grands maîtres émus de perdre un des leurs. On pouvait voir parmi les personnalités présentes, les Sensei Tanaka, Sawada, Enoeda, Ida et Noda. Pendant de longues heures, tous les karatékas de Belgique sont venus rendre un dernier hommage à leur maître, au père du karaté belge, à cet homme hors du commun, Satoshi Miyazaki Shihan.

Avec tout le travail accompli en Belgique, la mémoire de notre maître est présente en chacun de nous à jamais. Et nous continuerons à perpétuer son oeuvre.

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans Les maîtres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Satoshi Miyazaki Shihan : 20 ans déjà …

  1. Jacques van Lerberghe dit :

    C’était mon Maître et mon Ami je ne pourrai jamais oublier ce qu’il a fait pour moi et l’homme que je suis aujourd’hui lui doit beaucoup.
    Merci Senseï
    SUPER.

  2. Onisan dit :

    Mon Sensei,
    Je n’ai pas eu l’honneur de connaître Satoshi Miyazaki Shihan mais grâce à toi, je peux deviner l’homme qu’il était. Continue à nous parler de lui comme tu le fais si bien pour maintenir en nos cœurs son souvenir.
    Avec toute mon amitié fraternelle.

    • Drianne Marco dit :

      Je ne l’ai pas connu personnellement également mais n’ai toujours entendu que du bien sur cet illustre Sensei.Continuez a véhiculer son message comme Vous le faites si bien.Celà prouve une fois de plus que le Karatedo est une grande famille avec de grandes personnes.Merci
      Marco.

  3. Pascal Darasse dit :

    Satoshi Miyazaki Shihan donnait cours avec 4 mots de Français:
    Plus bas
    Plus fort
    Plus vite

    J’ai eu l’honneur de suivre son enseignement pendant 10 mois, entre 1987 et 1988.
    A chaque cours il montrait lui même au plus une ou deux techniques. A chaque fois je mesurais la chance d’être là à ce moment.

    Merci Senseï

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s