Méthode d’entraînement Kata

Je vous invite à prendre le temps de lire ce qui suit, même si je peux vous paraître un peu « long », Ces quelques lignes vous permettront sans doute d’avancer au mieux dans votre méthode d’entraînement kata.

Pour y parvenir, il est nécessaire de pratiquer assidûment pour maîtriser au mieux les différents éléments que je viens de décrire dans l’article précédent.
Chaque maître a sa façon de travailler, d’enseigner. En tant que pratiquant, à vous aussi de trouver votre façon personnelle qui vous permettra de mieux vous imprégner de chaque kata.

Ma façon de travailler les kata me parait particulièrement bénéfique et je vous propose de la partager comme méthode d’entraînement si vous le souhaitez.

Que vous pratiquiez seul ou bien en groupe au dojo, mon premier conseil sera de ne jamais vous contenter d’exécuter un kata une seule fois. La perfection se trouve dans la répétition. Prenez donc l’habitude de répéter le même kata plusieurs fois.

D’abord sur place, en yoi dachi, sans aucun déplacement, commencez par exécuter chaque technique de poing afin de bien mémoriser chaque séquence. Ce travail mental est très difficile car il permet de visualiser le combat sans mécanisme physique de déplacement. Je me suis inspiré d’Ohta Sensei pour ce type d’entraînement statique. Comme je l’ai souvent déjà dit, on apprend beaucoup en observant les maîtres.

Ensuite, vous pouvez passer à l’exécution totale avec déplacements. Prenez garde de ne pas vous entraîner « à la légère » en vous disant que vous gardez le meilleur de vous-même pour la fin. C’est une erreur car chaque exécution doit contenir l’essence du combat. Astreignez-vous, au contraire, à donner le maximum à chaque répétition, à en faire une occasion unique. Ce travail, même fort peut se faire sous différentes formes et par étapes. Le débutant sent son esprit combatif se forger au cours de multiples répétitions. Il affirme peu à peu sa sensation de livrer un combat. Il exprime de mieux en mieux ce qu’il est en train de faire. Si vous êtes plus expert, vous retrouvez cette sensation, ce que vous recherchez dans le combat au travers du kata, avec à chaque fois un sentiment plus profond, plus fort.

Lorsque vous exécutez plusieurs fois de suite le même kata, commencez par une exécution lente. Le corps doit être contracté mais aucun signe de force ne doit être visible de l’extérieur. Vous travaillez la sensation de la puissance interne, la perfection des attitudes, des postures, vos positions, vous travaillez l’équilibre. Le rythme est monotone, vous détachez chaque mouvement du suivant mais vous conservez la fluidité. Ce travail est très important car il vous permet à chaque fois de mettre une touche de perfection supplémentaire. Et vous constaterez qu’à chaque entraînement, vous trouverez toujours un petit plus à améliorer.

Ensuite, vous exécutez le même kata lentement, vous travaillez toujours les principes, mais vous marquez la puissance à l’impact par une contraction brève et maximale. On commence à prendre conscience de chaque instant où le kime doit être porté. Il faut donc prendre le temps de bien connaître chaque technique effective du kata. Afin de ne pas mettre du kime là où il n’y a pas de technique. C’est aussi là une raison importante de bien connaître combien de technique comprend chaque kata. Ne pas confondre le travail de décomposition d’une technique avec celui d’exécution.

L’étape suivante consiste à exécuter chaque mouvement en puissance et à grande vitesse, mais vous ne marquez pas de pause entre les différentes séquences. Travaillez l’équilibre, la vitesse de déplacement, la contraction ou l’expansion des hanches, la respiration, l’esprit zanshin et jitsu. Accordez une grande précision dans vos changements de direction, la façon dont vous vous positionner, le démarrage de chaque déplacement.

Dans un dernier temps, vous associez tous les éléments, vous exécutez le kata en puissance et à grande vitesse en donnant le rythme.  Là vous êtes dans le combat avec tout ce que cela implique. De chaque mouvement dépend votre vie !

Il est important pour que ce travail soit effectif et fructueux, de ne pas se décontracter entre chaque kata, sous peine de perdre le bénéfice du travail de concentration.
J’ai coutume de donner le conseil suivant : à la fin de chaque kata, poser vous les questions « êtes-vous hors de danger ? Chaque adversaire est-il mort ? » Si oui, vous avez atteint votre objectif, si non, il faut continuer jusqu’à l’obtention de cette certitude que vous avez livré un combat et que vous en êtes sorti vainqueur.

Il est, je pense, inutile de préciser combien ce canevas d’entraînement associe parfaitement le travail technique à celui de la rigueur et de la discipline personnelle.

Voilà, j’espère que cette méthode d’entraînement pourra vous apporter un plus dans votre parcours martial.

Il y a aussi d’autres façons de travailler un kata. Le décortiquer technique par technique, l’exécuter partiellement en différentes phases, etc. Tout est complémentaire. Il n’y a pas « une » façon unique de s’entraîner.
Mais je pense qu’en suivant ces quelques conseils, chacun peut trouver la voie de la perfection, ou du moins s’y approcher peu à peu, en gardant à l’esprit que seul un entraînement régulier portera ses fruits.

Oss !

 

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans Kata. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Méthode d’entraînement Kata

  1. Marco(Ujio) dit :

    Bonjour Toutes et Tous.Certes les méthodes de travail foisonnent quand à l’étude des Katas et,certes, toutes y trouvent un justificatif en terme d’apprentissage,pour peu qu’elles soient correctes.
    Il n’y a pas à proprement parler de méthode unique et révolutionnaire;en soi, là-dessus,la chose la plus importante étant le pourquoi de la quète en ce domaine,selon moi.
    Celà demeure vaste tant des aspirations multi-directionnelles sont faites par les étudiants sur la Voie(self-défense,chorégraphie,recherche de perfection,travail d’équipe(3),respect d’un schéma traditionnel et culturel,respect technique ou d’un tempo,….)
    Malgré tout,je pense que c’est en terme d’immersion dans le geste qu’il nous faut chercher,cette piste laissée là par nos prédécesseurs.Ce geste purifié de tous,épuré de pensées et mouvements parasites,….qui fait que l’on soit intime avec lui.
    On a coutume de dire dans les métiers à risques que c’est l’habitude qui tue.Il en est de même dans le geste qui prend ou donne la vie,le geste Karatedo.Chacun de lui se doit être imprégné d’un esprit!!Le robotisme n’est qu’une pâle copie,la sensation et l’expression sont dans l’âme(difficilement décelable pour le commun des mortels,mais après tout,pratiquons nous pour autrui ou pour nous?)
    Il m’est arrivé dans les jeunes années(ca fait bien de jouer les anciens)de faire l’un ou l’autre Kata plus de 100 fois en deux heures,juste pour savoir….et ce des semaines entières…Je m’étais imposé ce nombre et ne quittais le Dojo sans y être parvenu!!!(Pour les Heian,ca roule,mais quand il s’agit de Gojushiho,c’est un autre débat)
    Conn….de jeunesse,car effectivement si la gestuelle progressait,elle,le fait de challenger ce nombre (ou un autre)faisait perdre le but initial du pourquoi le kata fut créer(le sans but,sans atteinte,doctrine Zen!)Quel paradoxe,non?Il s’agit d’une libération et non d’une compétition ou un record.
    Une seconde subversité s’est aussi glissée quand aux blessures survenant sur les répétitions intensives;Imaginez Unsu en rotation de 360° et la réception pour un 85kg plus de 100x/jour(ainsi que son lendemain au réveil).Le Karatedo doit nous construire et non nous détruire,….
    Bref,je me suis posé la question un jour,à savoir s’il n’était pas préférable de diminuer l’intensité et la quantité et d’accentuer la recherche en profondeur(peut être les âges et la maturité nous amènent ils vers cette direction naturelle,là,où le corps suit plus difficilement),et force est de constater que ce chemin est plus productif.
    Un calligraphe Japonais ne répète pas 100x son geste avant d’appliquer l’ultime sur la feuille buvard!!Il se concentre en coeur et âme,puis tire son trait d’un coup.Là est cette recherche dont je parle,actuellement.
    Chaque geste est vécu différement du précédent;et il se doit d’en être ainsi,car n’est permanent que l’impermanence et tout a déjà évolué.
    20 années ont passées,depuis ces travers sur ma pratique.J’en retire du bon et du moins bon(rien n’est a jeter sur nos erreurs)mais il est évident que les gestes et aspirations d’un individu de 50 piges(malgré les milliers de répétitions)ne sont plus identiques à celle de ses 30 ans(heureusement).C’est en celà que l’on peut définir un Art vivant par rapport à un autre, mort.Il y a une évolution.
    Petit rappel à tous les membres lecteurs aux débuts de vos pratiques et de votre potentiel de l’époque.Nombre jouaient sur le physique,non?
    A l’heure actuelle,beaucoup sont sur l’anticipation,le timing,le placement,la gestion,…bref,des paramètres de maturité,exact?
    Cet univers Kata est fantastique;un outil créé pour une évolution de l’espèce(chaque discipline inventée par l’Homme en contient;….cuisine,éducative,…),l’essentiel étant de ne pas s’égarer.
    Merci et bonne journée.
    Marco

    .

  2. Merci Marco, très bonne vision du sujet, ça sent le vécu …

  3. Onisan dit :

    Konnichi-wa Sensei.
    J’ai lu avec la plus grande attention ton article qui, comme à l’accoutumée, est plein de bon sens. Et pour te prouver que votre enseignement à toi et Bruno Sensei n’est pas dispensé en vain, quand je m’entraîne au Dojo ou seul, je recherche au maximum la communion entre l’esprit et le corps pour que l’un et l’autre ne fasse plus qu’un.
    Subete no watashi no kyōdai no yōna yūjō to.
    Oss !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s