Transmettre les valeurs


L’essence du karaté, c’est surtout la pratique du kata. Les kata ont été créés et transmis par des générations de maîtres. Ils le sont toujours aujourd’hui au sein de notre fédération. Gneo Sensei, et on l’a encore vu lors du dernier entraînement fédéral, s’efforce de nous transmettre les moindres détails à emmagasiner.

Ces kata n’ont subi au cours des années que des modifications minimes. Les kata sont anciens et polis par la pratique, ils permettent de travailler seul en karaté. L’invention du kata est plus qu’une manière de faire, c’est une manière de vivre. Et cela, c’est difficile à transmettre. Nous devons vraiment aller puiser au fond de chacun de nous cette volonté d’évoluer dans notre pratique. Sans quoi, on stagne et on finit par ne jamais rien comprendre au karaté !
Si certains maîtres japonais continuent de faire un effort à chacune de leur venue en Belgique pour présenter le contenu physique du karaté, il est vrai qu’il est impossible, parce que c’est très difficile, de présenter l’essence invisible de chaque kata. C’est donc bien à ce niveau que se situe la difficulté, de transmettre notre art. Que capter et comment ?
C’est un problème complexe que l’on peut parvenir à résoudre si on finit par comprendre que l’esprit est supérieur au corps d’une part, et d’autre part que les deux doivent fonctionner de façon harmonieuse.

Dans l’étude des kata, il n’y a pas de place pour l’improvisation. Tout est codifié, il y a des règles … Un kata est riche et dépouillé à la fois, c’est ce qui fait sa beauté.  Le karaté peut être considéré comme une discipline qui permet un travail physique ainsi qu’un développement spirituel, sans faire référence à aucun dogme religieux.  Le physique et le spirituel sont intiment liés et ces deux aspects contiennent en chacun d’eux les germes de l’autre de façon indissociable.

La pratique du karaté est pour chaque individu, l’occasion de comprendre sa véritable nature et de vivre de façon plus positive que négative sa vie quotidienne.
Je veux donc dire par là que l’étude des kata, la pratique attentionnée des kata est un outil de développement personnel. C’est au travers de la perfection technique  exigée, d’abord de l’extérieur par Gneo Sensei, que cette exigence devient peu à peu une exigence personnelle. C’est aussi de cette seule façon qu’un système de technique de combat peut devenir au travers du kata un art de vivre.
Il faut savoir exiger de soi même. Tout ceci commence par le respect. Le respect qu’on a envers un homme qui s’efforce de nous transmettre au mieux ce qu’il a reçu. Les valeurs du budo.
Et très sincèrement, je pense que nous avons beaucoup de chance d’être guidé par Gneo Sensei.
Quand on fait du respect sa règle de vie, on force le respect en retour, même de notre Sensei.

 

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans L'esprit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Transmettre les valeurs

  1. Marco dit :

    Tout est dit;et superbement bien dit!

  2. Onisan dit :

    Konnichi-wa Sensei.
    C’est dans la méthode que réside la plus value de l’enseignement (Onisan)
    Kyoudai no yuujou.
    Oss !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s