Les trois piliers de la tradition en karaté

En ce début de saison, nous recevons nombre de personnes désireuses pour elles-mêmes ou pour leurs proches, de s’inscrire dans « nos cours de karaté », comme elles disent bien souvent.

Force est de constater que, parmi elles, beaucoup n’ont aucune information objective sur ce que la pratique d’un art martial peut leur apporter et que, de plus, elles en ont une idée souvent préconçue et erronée. Cela se manifeste dès le premier échange.

L’instructeur responsable ne devrait-il pas aller plus loin dans cet échange pour mieux comprendre ce que les personnes attendent de la pratique ?

Peut-être s’apercevrait-il que quelle que soit la qualité de son enseignement, il n’est pas la réponse à ces attentes. Les responsables de club ont parfois tort de ne pas prendre un peu de temps pour procéder à cette reformulation. Ceci se traduit par des abandons en cours d’année.

Il est évident qu’un grand nombre de ceux et celles qui s’inscrivent dans nos dojos le font pour des raisons immédiates comme apprendre à se défendre, s’entretenir physiquement, voire même goûter à un  certain exotisme oriental. Mais il est important que l’enseignant, par ses qualités d’observations et d’analyse, qualités que développe l’expérience, sache sentir si l’homme ou la femme qui est face à lui pourra ou non évoluer dans son attente immédiate pour se trouver en accord avec les objectifs de l’enseignement dispensé.

Ne serait-il pas important, pour nous, instructeurs, au bout de quelques temps de redéfinir avec les débutants leur motivation ? Ceci dans leur intérêt car, plus l’objectif de leur engagement est clair, mieux ils pourront apprendre et progresser. Une telle démarche  suppose que l’instructeur responsable soit au clair avec ce qu’il veut, et surtout ce qu’il peut transmettre.

La grande difficulté de la transmission du karaté vient du fait qu’il englobe trois dimensions.
Une dimension technique, là ses connaissances acquises par l’enseignant pourvoiront à la situation de l’apprentissage des gestes. L’enseignant doit-il s’en tenir là ? Je ne crois pas. Il doit aussi développer la dimension mentale. Aider les pratiquants à vaincre leurs peurs et leurs angoisses face à un partenaire, comment les amener à gérer leur stress en compétition par exemple, comment les aider à parvenir à la sérénité intérieure en toute circonstance. Cette dimension mentale est très importante pour les hommes et les femmes. C’est à nous, instructeurs, de montrer à nos élèves l’orientation mentale que doit prendre leur pratique.
La pratique physique et la pratique mentale doivent aller de pair, comme les deux roues d’une charrette.
Pour compléter ces deux dimensions, il en existe une troisième. C’est parce que toute pratique martiale s’adresse à l’homme qu’elle doit répondre aussi à son attente morale et spirituelle. L’instructeur doit s’en préoccuper afin d’aider ses élèves à évoluer en ce sens. J’essaierai de développer plus cet aspect lors d’un prochain sujet.

Pour respecter la tradition, un sensei doit être conscient que la pratique qu’il transmet repose sur trois piliers : l’entraînement physique, l’entraînement mental et enfin la pratique spirituelle et morale. Faute de quoi, il risque de n’être qu’un collecteur de licences fédérales ce qui, avouons-le, est fort éloigné de la pratique et de notre but en tant qu’instructeur et responsable de club.

Bonne rentrée !

 

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans L'esprit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les trois piliers de la tradition en karaté

  1. Marco dit :

    Bonjour Toutes et Tous,et surtout bonne rentrée martiale.
    Effectivement cette trilogie martiale(Shu-Ha-Li)est assez délicate en terme d’évolution en paliers parallèles.Enseignant dans un secteur identique mais d’approche différente(militaire),j’ai cette chance de ne pas a me poser sur ce genre de schéma,mais peux néanmoins le comprendre.
    Le Sensei est selon moi un repère pour le Deshi,au même titre qu’est l’aiguille au fil à coudre(ensemble ils font l’ouvrage).Ils se doivent d’oeuvrer en symbiose parfaite.
    Bien sûr,évolution oblige et adaptation doit se faire,au risque de se voir dépasser par la mentalité sociale et taxer de rétrograde
    MAIS nous véhiculons par le vecteur Karatedo des valeurs,des principes,une tradition martiale,des codes,…
    La technique ne constituant qu’un moyen,parmi beaucoup,pour y parvenir.Le Dojo et les valeurs qui y règnent sont un microcosme de ce que nous sommes censés retrouver dans notre vie active.
    Un état d’esprit règne dans les attitudes prônées;l’exemple du Sensei, l’honnêteté,le courage,…
    Bien entendu aussi,et par le biais de formules diverses tels que Team building,stages d’hiver et d’été,repas de club,barbecue,…on déploie un groupe généralement soudé,une cohésion martiale(dans laquelle l’intérêt professionnel,familial,…peuvent trouver une place).
    Le Karatedo n’est pas une auberge espagnole(absolument non-péjoratif) ou chacun amène ses desiderata quand à ses envies.Mais comme il est mentionné il est bon de sonder les attentes des pratiquants pour orienter au mieux les besoins.
    D’ailleurs il devient coutume de nos jours,et notamment au Japon,de s’asseoir après la session d’entraînement et de faire un bilan oral individuel ou collectif(une sorte de recordex).
    Pour ma part,ce après chaque stage,je sollicite des élèves UN point positif et DEUX négatifs à la leçon(histoire de tenter d’améliorer chaque X).
    Hormis cela le thème et la cadence de travail reste intègre à une pratique pure et dure;les valeurs aussi!Il s’agit juste d’une orientation et d’une forme d’humilité pour le Sensei.
    En bref, tâchons d’évoluer sur ces trois piliers de façons égales préconisés par Salvatore,demeurons conscient et réceptif aux attentes des élèves tout en préservant l’esprit du Budo Japonais et que chacun se remette en question à chaque instant.
    Un grand programme mais un si beau challenge pour cette année,non?
    Merci.
    Marco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s