Dan ou Menkyo

 

L’ancien système de « graduation » dit « Menkyo Kaiden » était donc le titre suprême.
Le système de Dan est très différent du système Menkyo surtout de nos jours mais peuvent être complémentaires car il ne faut pas tomber dans le piège de croire que les Dan n’ont pas de valeur ou qu’ils sont moins humbles que les Menkyo ou que les Menkyo sont dépassés par rapport aux Dan. Le grade, titre, quel qu’il soit peut-être à la fois la meilleure et la pire chose. Mais il ne faut pas les confondre car à notre époque les conditions pour l’attribution des Dan sont très différentes de celles des Menkyo.

Les critères de sélection et les différents tests utilisés dans le système traditionnel sont très particuliers et peuvent choquer certaines personnes, les élèves étaient filtrés et seuls ceux qui se montraient dignes étaient initiés aux différents niveaux. Le Menkyo décerné au disciple exprimait aussi le degré de confiance que donnait le maître, reconnaissance qui offrait au disciple la possibilité d’être initié au niveau supérieur puis progressivement au secret de l’école. Le Menkyo est véritablement un gage de confiance et de moralité. L’élève était jugé sur plusieurs années tant sur le plan technique que sur son comportement. Dans certaines écoles traditionnelles très fermées où il n’existe que le système Menkyo, on part du principe qu’il est mal venu de montrer son niveau avec des ceintures de différentes couleurs, le pratiquant doit montrer son niveau par son comportement non pas par une ceinture, un vêtement et idem pour le maître, les assistants, etc… Une école traditionnelle peut compter une dizaine de pratiquants et c ‘est déjà beaucoup, la centaine étant le grand maximum sachant que sur ce nombre seuls quelques uns seront initiés au savoir véritable Ura-Gei et deviendront de véritables Deshi (disciples). Les autres ne bénéficieront que de l’art martial de surface Omote-Gei. Ce terme de disciple est véritablement important et il n’est pas décerné à tous et à n’importe qui car il engage une véritable relation durable et loyale entre le maître et ce disciple, relation de confiance les deux ayant une responsabilité l’un envers l’autre !

C’est très occidentale de croire que quantité rime avec qualité. De nos jours au Japon, il existe plusieurs centaines de Ryu traditionnelles dont certaines sont totalement inconnues des pratiquants « modernes » et qui utilisent exclusivement le système Menkyo et le principe de sélection. Dans les Dojo traditionnels mais aussi modernes logiquement les supérieurs doivent aider les inférieurs et les inférieurs, quant à eux, assistent les supérieurs. Le Sensei peut ainsi juger ses élèves sur leurs progressions par rapport à leur façon de se comporter avec les supérieurs ou les inférieurs selon le cas. Le(s) sempai peut selon les instructions du Sensei réprimander sérieusement et souvent les Kohai soit pour épurer le Dojo soit pour leur permettre une progression. On remarque dans ce genre d’épreuves que rares sont ceux qui sont prêts à être « secoués ». Mais attention il peut arriver que ce soit en vérité le(s) Sempai qui soi(en)t testé(s). De nos jours en Occident, il peut être très difficile aux différents Sensei d’agir selon ces principes traditionnels et ils ne sont pas à blâmer car les cotisations sont souvent un moyen d’existence pour certains, de plus les élèves réagiraient très mal, seraient écœurés et quitteraient le Dojo en colère en traitant certainement le Sensei de malade, mégalo, ou autres noms alors que c’est pour leur bien, pour leur progression, pour le Dojo et pour que le Sensei ne perde pas son temps avec des esprits trop soucieux de leurs ego.

Le système de graduation qu’il soit du type Menkyo ou du type Dan doit permettre à l’élève qui le reçoit de comprendre et de voir où il se trouve dans son évolution martiale mais aussi propre à son style et cette évolution doit être autant technique, physique que mentale. La pratique d’un art martial ne se détermine pas à une simple attitude physique, le mental est aussi une partie importante et sûrement la plus importante mais aussi la plus difficile car être mis face à ses propres défauts, à son ego peut-être particulièrement vexant voir déconcertant !

Certains pratiquants, pas tous heureusement, toute pratique et pays confondus sont avides de progression, ce qui est normal, mais aussi de grades et de reconnaissance et accéder à un maximum de Dan en un minimum de temps et avec un minimum d’effort, devient une véritable fixation et le seul but à atteindre. Mais il est évident et tout à fait normal qu’un pratiquant doit pouvoir se situer sur cette échelle de niveau. Un titre quel qu’il soit est très personnel, doit être mérité et c’est à chacun de savoir quelle valeur lui donner. De nos jours, certains préfèreront avoir un Dan délivré par une fédération reconnue par telle organisation selon des critères physiques et techniques précis que par leur Sensei qu’ils quittent une fois la ceinture noire obtenue. D’autres au contraire préfèreront recevoir le grade par leur maître qu’ils ont suivis durant des années et avec qui ils ont liés des liens irréversibles.

Il est traditionnel, quel que soit le pays, d’encadrer et d’accrocher ses titres, ses grades, etc… non pas pour étaler son ego, son savoir mais pour se « souvenir », se rappeler à l’ordre de la responsabilité que l’on a par rapport à ce titre, à ce grade, à son maître, à son école, à ses élèves. C’est ce qui fait la différence entre l’art martial et le sport !

Le premier Menkyo (shoden) décerné tout comme le premier Dan (shodan) désigne le pratiquant encore comme un débutant (sho = débuter), certes avancé ayant atteint une maturité mais un débutant tout de même, il marque le début du travail véritable et non la fin. Le grade doit tout au long de la progression avoir une valeur émotionnelle mais il faut savoir rester humble et savoir se remettre en question s’il le faut. Le Sensei, lui aussi, doit être capable de transmettre tout en continuant d’apprendre tout en se perfectionnant dans son art car l’art martial c’est pour toute la vie !

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans L'esprit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s