Le besoin de boire

L’apport hydrique est encore mal connu de la part des karatékas et des instructeurs. Certains persistent encore à déclarer « il ne faut pas boire, cela coupe les jambes ». Cette recommandation stupide et dangereuse est toujours employée dans certains dojos. La bêtise à ce niveau devient un véritable danger …

L’eau est le constituant le plus important de l’organisme. Elle représente 60 à 70 % de notre composition corporelle. Pour un sportif, moins la température du corps monte, plus cela lui est bénéfique. Il a donc intérêt à se refroidir le plus possible, et par tous les moyens, d’où le besoin de boire. Car si la température corporelle monte, nous ne sommes plus aptes à fournir des efforts. C’est aussi simple que cela !

Ne pas boire conduit à un état de déshydratation. Cet état entraîne des conséquences néfastes particulièrement au karatéka, car elle limite fortement la performance martiale.
L’analyse est simple : moins d’eau = moins de sang ; moins de sang = moins d’apport d’oxygène = moins de rendement.
La déshydratation entraîne aussi la diminution de la force musculaire. Car la perte d’eau entraîne une perte de masse. Une perte de 5 % de cette masse fait chuter votre performance musculaire de 10 %. Les activités de force et de combat comme le karaté sont particulièrement concernées.

Alors, quand on a soif pendant un entraînement, c’est avant tout une sensation, mais également un témoin qui s’allume sur votre tableau de bord. Il vous indique que vous êtes déshydraté. Quand la soif apparaît, il est déjà trop tard. Boire à cet instant va calmer cette sensation, mais cela ne correspond pas à vos besoins réels, vous n’êtes pas encore réhydraté. La règle à suivre pour éviter un tel désagrément est donc de boire sans avoir soif, c’est-à-dire ne pas attendre ce signal tardif de déshydratation. La prise de boisson doit être fractionnée. Il faut boire peu, mais souvent. 4 à 5 gorgées à chaque fois. Si on boit trop, cela va provoquer un ballonnement et même une gêne respiratoire.
L’eau peut être légèrement sucrée, elle doit être de préférence consommée fraîche mais non glacée.

Quand boire ? Boire avant une compétition est inutile car le corps est incapable de faire des réserves d’eau. Résultat : le karatéka aura de fortes envies d’uriner. Pendant l’entraînement, il est conseillé de boire à chaque fois que c’est possible, lorsque l’instructeur l’autorise. C’est important sur le plan physiologique et sur le plan psychologique. Le fait de boire donne des repères et cela favorise la concentration. Après l’entraînement, il convient d’utiliser une eau légèrement gazeuse afin de constituer une réserve et de lutter contre la fatigue.

A la vôtre !!

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans L'esprit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s