Le Kime

Le kime, un mot qui revient sans cesse dans notre jargon martial. Et pourtant, sa définition varie d’une bouche à l’autre. A quoi bon crier ‘kime … kime …’ si on oublie le sens réel de ces quatre lettres. Alors, on va essayer d’être un peu technique et précis.

Le kime est l’ensemble des principes physiques et mentaux qui interviennent simultanément lors de l’achèvement d’une technique finale, juste avant l’impact et qui sont maintenus un peu au-delà. Il fait pénétrer l’énergie développée par le coup dans la cible. C’est la phase efficace du coup. C’est l’explosion d’énergie concentrée en un point, pendant un très court instant. Il n’intervient que sur la dernière partie de la trajectoire au moment où la force du corps est totalement concentrée dans le pied ou le poing lancé, à grande vitesse. Il permet le transfère de l’énergie cinétique dans la cible au moment de l’impact. Ca c’est pour la définition.

Pour être naturel, le kime est suivi d’un temps de décontraction totale. Il s’agit essentiellement d’une sensation, d’un tout, difficile à décrire. C’est, pour un Karatéka, la manifestation de l’union du corps et de l’esprit, résultant de principes physiques et mentaux.
Mais attention, l’important est la perfection de l’ensemble du geste aussi bien au niveau physique que mental.

En effet, un coup se compose d’une intention, d’une image mentale, d’une respiration et d’une action du Hara qui dessine le geste dans l’espace et provoque le déplacement au besoin.
L’intention est la volonté de faire l’action. L’image mentale est l’image de la technique parfaite que l’on doit porter en soi, grâce à la pratique.
La respiration est l’énergie vitale, le Ki (aspect mental) et le souffle. L’action du Hara crée la force, dirige le geste et permet au membre de se mouvoir tout en restant totalement relaxé jusqu’à l’impact. A l’impact, la contraction du corps est importante mais ne doit pas être synonyme d’immobilité.

Quand on fait ‘kime’, ce n’est pas mettre la ‘pression’ comme le pensent certains karatékas, mais c’est plutôt maîtriser l’énergie.
Pensez-y … Oss !

 

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans La technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s