Tekki toi ?


On a souvent tendance à dire que les Tekki sont des katas ‘clés’ du Shotokan. Une trilogie composée par Itosu qui a en fait fragmenté le vieux kata Naihanchi.

Mes premiers souvenirs de Tekki me ramènent à ces vieux clichés photographiques montrant maître Funakoshi dans cette fameuse posture du cavalier. Ce kiba dachi, position fondamentale qui caractérise la série. On dit même que Funakoshi les aurait étudié tout particulièrement pendant plus de dix ans !
Et pourtant, ces katas peuvent refouler certains pratiquants car ils ne captent pas toujours aussi vite notre attention. Série de mouvements étranges et parfois impossibles à imaginer en application … mais ils recèlent plus de petits ‘trésors’ qu’il n’y paraît à première vue.

Sergio Gneo Sensei a réussi dernièrement à nous faire palper toutes ces richesses parfois dissimulées sous quelques techniques anodines. Il nous a amené peu à peu à l’orientation réelle des Tekki, c’est-à-dire le combat rapproché. Insistant sur le mouvement des hanches surtout dans un bunkai avec un ou plusieurs partenaires. Le déplacement n’est pas toujours la solution idéale, mais une bonne rotation des hanches peut être tout aussi efficace pour parer au danger. On a souvent tendance à cataloguer les Tekki vers une stratégie de combat plaçant le combattant dos à un mur pour faire face à plusieurs opposants. Mais il n’y a pas que ça dans les Tekki.

Selon un instructeur de kempo Okinawaien, célèbre pour ses écrits concernant la frappe traditionnelle des points vitaux, en correspondance avec les théories de la médecine chinoise, Naihanchi serait l’un des katas les plus dangereux en terme de self-défense.
Cet auteur recense en effet pas moins de 120 points de pression (si l’on considère les trois katas ensemble) qui peuvent être utilisés pour défaire rapidement un opposant !
D’un point de vue biomécanique le travail de la position kiba dachi permet de mieux sentir la sensation d’enracinement et permet aussi de développer la notion fondamentale dans les arts martiaux en général qui est l’équilibre. L’entraînement aux différents Tekki développe une musculation spécifique destinée à former les membres inférieurs et la taille à de rudes épreuves pour la suite afin que nous puissions encore mieux aborder les autres katas supérieurs.

Si vous pensez encore que ces trois katas sont ‘ennuyeux’, essayez de rester honnête avec vous-même et de découvrir les bonnes sensations nécessaires à l’exécution des Tekki.

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans Les kata supérieurs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s