Tokui kata, sacré casse-tête !

Dans notre progression personnelle, nous sommes souvent confronté à ce choix délicat : quel kata choisir pour qu’il devienne notre tokui kata. Plus personne aujourd’hui ne doute de l’importance de ce choix.

A l’approche d’un stage, j’ose toujours espérer que ce kata sera abordé par les différents maîtres, afin d’encore mieux l’approfondir, découvrir d’autres facettes du kata, me l’approprier toujours un peu plus.

Parce que le tokui kata ce n’est pas qu’une simple affaire de cœur. La connaissance parfaite du schéma, l’analyse des techniques, du rythme, l’exécution correcte en harmonie avec le corps, la recherche de la bonne technique respiratoire, le travail énergétique, sont autant de facteurs primordiaux. Mais cela ne suffit pas, connaître c’est pouvoir démontrer et appliquer la gestuelle sortie du contexte du kata pour l’adapter à des situations diverses de combat, sur des terrains parfois inhabituels.

Lorsqu’on choisi un tokui kata, on vit avec, presque constamment. C’est toujours chercher à l’approfondir, à tous les stades de la compréhension. Ce kata devient le ‘nôtre’. Il va nous permettre de peaufiner nos connaissances sous formes d’exercices divers tels que les kihon ou bunkai créatifs. Ca veut dire aussi que pour choisir un bon tokui kata, il faut déjà posséder un bon bagage technique qui puisse nous permettre d’élargir notre choix.

Certes, on sent mieux tel kata que tel autre. Le choix n’est pas toujours innocent. Car avant toute chose, le choix du tokui kata c’est un peu l’expression de notre profil de combattant.

Et enfin quand on trouve notre ‘favori’, faut-il encore le soumettre à l’œil du tigre, oh pardon …. L’œil du grand maître … et là, ce n’est pas encore gagné !!

Ceci dit, ce tokui kata évolue, avec nous, en fonction de notre état de santé, de notre âge, de notre maturité martiale aussi. N’avez-vous pas déjà eu envie d’en posséder plus d’un ? Un ou deux autres qui en général viennent éclairer le premier. Compléter notre palette, car c’est dur de s’arrêter sur un seul tokui … y’a tellement à prendre dans chaque kata. Sacré casse-tête !

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans Kata. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s