Blocages en profondeur …

Pour contrer des techniques de poing ou de jambe, il faut les connaître mais surtout il faut y appliquer de bons blocages.

A terme, nous avons parfois tendance à oublier l’importance d’un exercice basic : effectuer un blocage efficace et parfait dans sa forme.
A juste titre, c’est surtout le constat de Gneo Sensei.

Or, si on exécute un blocage dans sa forme correcte, si on saisit son sens et son but, on peut alors bloquer l’attaque de n’importe quel adversaire.
Mieux encore, certains blocages comme age uke, gedan barai ou soto ude uke peuvent mettre un terme rapide à l’affrontement. Il est donc important de s’entraîner aux différents blocages, de s’y préparer au mieux.

Le travail seul d’abord, sous forme de kihon, ensuite le travail avec partenaire qui permet de prendre véritablement conscience du bon timing et de la vitesse d’exécution. C’est vers cet esprit du ‘kaeshi ippon kumite’ que Sergio Gneo Sensei nous a conduit peu à peu. Une ouverture vers l’explositivité propre au kumite et un pas de plus vers la maturité du combattant.

C’est une grande chance que nous avons de suivre l’enseignement de notre directeur technique. Par une simple remarque, il nous ouvre parfois une porte pour nous amener vers le combat en toute liberté.
Pendant le cours, le ‘maître des lieux’ vogue de lignes en lignes, regarde l’un travailler puis l’autre, passant d’une extrémité à l’autre de la salle, en conseille certains, en rectifie d’autres.

A l’origine du karate, un débutant n’était autorisé qu’à pratiquer que les blocages. Ce n’est qu’après un certain temps qu’il apprenait à frapper des poings et des pieds. Mais jamais avant d’avoir travaillé longuement les blocages. Que constate t’on aujourd’hui ? Les gens ne veulent plus beaucoup travailler les blocages … or les blocages sont la spécificité de notre karate.

Quel que soit notre grade ou notre âge, nous devons apprendre à les travailler en profondeur.

A cela, je serai tenter d’ajouter quelques séances de ‘durcissement’ des avant-bras, façon ‘old school’.
Ca n’a jamais fait de mal à personne !

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans La technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s