Raymond Honore Sensei

Comment aborder le thème du « karaté dans notre région » sans penser une seule seconde à Raymond Honore Sensei, 6ème Dan JKA … c’est impossible.

Quand je parle de région, je devrai plutôt dire « la Walonnie ». Car si il y a bien un mot qui revient souvent dans la bouche de ce bon vivant, c’est « la Walonnie ».

Raymond Honore Sensei est un pionnier, un vrai de vrai ! Il a introduit le karaté dans la région du centre en 1961 … Alors que la Belgique dansait au son des Beatles, Raymond lui, se passionnait depuis longtemps, pour ce qui allait devenir son activité favorite : le karaté.

Mais je ne suis pas là pour vous dresser l’historique du personnage. Bien qu’il marqua de son empreinte notre équipe nationale dans les années 70, avant d’embrasser une carrière d’arbitre internationale exemplaire.

Non, je voudrai vous parler de l’homme. Du moins, de ce qu’il laisse comme trace chez un karateka anonyme comme moi. Oui, en parlant de trace, quel karateka n’a pas encore déjà eu le plaisir de goûter aux avant-bras de Raymond !

Un entraînement chez Raymond c’est spécial. On sait quand on arrive … mais on ne sait jamais quand on repart. Parceque le karaté, ça se vit dans l’instant surtout … et si cela n’est pas au goût du maître, on continue, encore et encore … jusqu’à ce que ce soit plus ou moins parfait. Il vous ‘scanne’ des pieds à la tête … mais n’est-ce pas pour cela qu’on y va ? Combien de candidats ‘dan’ n’ont-ils pas fait cet arrêt au dojo louviérois. C’est devenu pour beaucoup une étape presque incontournable avant l’épreuve de l’examen. Les gens viennent chercher chez Raymond ce qu’il leur manque … ce petit détail qui fera la grande différence.

Raymond Honore Sensei est très attaché à ses racines. Qu’elles soient linguistique ou martiale. Alors, lorsqu’on se retrouve autour d’une bonne table, une bonne bière à la main, entre deux expressions en dialecte presque incompréhensibles dont il a le secret, il nous parle ‘du bon temps’. De ces années passées aux côtés de Satoshi Miyazaki Sensei dont il aime tant évoquer la mémoire auprès de la jeune génération.

Et si vous savez gratter un peu plus loin, sous ce karateka impressionnant par la force et la puissance qu’il dégage, vous verrez qu’il y a surtout un cœur, sans doute plus grand que la fameuse moustache qu’il porte avec fierté ..

Publicités

A propos Salvatore Baldacchino

Je pratique le karate Shotokan J.K.A. depuis 1976. J'ai atteint le grade de 4ème Dan JKA et j'enseigne depuis 1998 à l'Ecole Shotokan Karate-Do J.K.A. Bubishi en Belgique.
Cet article a été publié dans Les maîtres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s